Le Marina et le Seven Seas Explorer à Bordeaux

Le Marina et le Seven Seas Explorer à Bordeaux - © Avaguea

Covid-19 : Et si on faisait des croisières 100% en France ?

La fermeture des frontières liées au nouveau coronavirus rend difficile la reprise des voyages, notamment des croisières, car la plupart des ports sont fermés et n’accueillent pas les navires venant de l’étranger. Autre souci : les quarantaines lors de l’arrivée dans un pays étranger. L’une des pistes de sortie de crise pour le tourisme est le voyage proche de chez soi. Certaines compagnies réfléchissent à mettre en œuvre de tels itinéraires, en Italie par exemple. Et si, en France, nous faisions pareil, dans quels ports pourrions-nous faire escale ?

Lorsque que l’on parle de croisière en France, on pense systématiquement à Marseille et à la Méditerranée. D’autres ports existent évidemment, comme à Cannes, à Toulon ou encore à Sète. Mais ils nous semblent trop rapprochés entre eux, rendant un itinéraire 100% Méditerranée française peu convaincant. La côte atlantique en revanche, est intéressante par sa longueur, sa diversité culturelle, naturelle, et ses infrastructures.

La plupart des ports présentés sont déjà des escales pour quelques compagnies haut de gamme, avec de petits navires. Nous essayons de nous intéresser aux ports dans lesquels certains des navires de croisière plus imposants de compagnies plus standards pourraient accoster.

Bordeaux

Il y a définitivement de quoi vouloir visiter Bordeaux. La belle endormie a été élue meilleure destination européenne en 2015 et le Lonely Planet l’a placée ville la plus tendance pour l’année 2017. Elle fait partie du patrimoine mondial de l’Unesco. En plus, le cœur de Bordeaux est très adapté aux personnes à mobilité réduite. Il est également possible de visiter les vignobles aux alentours, notamment dans le Médoc, ou encore à Saint-émilion.

Où faire escale ?



Bordeaux présente l’avantage d’avoir plusieurs quais disponibles pour accueillir les navires de croisière, selon leur taille. Il est possible de faire escale en plein centre-ville de Bordeaux pour 2 navires en simultané de maximum 262 m de long, 32 m de large, 50 m de tirant d’air (hauteur au dessus du niveau de la mer) et 7,5 m de tirant d’eau (profondeur sous le niveau de la mer). En effet, il est nécessaire de passer le pont Chaban-Delmas pour entrer dans Bordeaux. A 10km au nord de Bordeaux, mais toujours dans la métropole, le terminal de Bassens permet d’accueillir 1 navire avec un plus grand tirant d’eau (10 m), mais le navire ne doit pas mesurer plus de 255 mètres de long, ni faire plus de 49 mètres de tirant d’air. Parmi les navires des compagnies les plus populaires en France, le Costa neoRomantica a déjà eu l’occasion de faire escale en centre-ville.

Enfin, le Verdon-sur-Mer, véritable avant-port du Grand Port Maritime de Bordeaux, dispose d’un quai pour tous les navires jusqu’à 11,5 mètres de tirant d’eau, sans limite de tirant d’air ou de longueur ! En résumé : tous les navires de croisière peuvent s’y amarrer ! Il est situé à 30 minutes de route des vignobles du Médoc, à 100 km de Bordeaux et juste à côté de Soulac. Plusieurs navires populaires s’y sont arrêtés. Parmi eux : le MSC Magnifica, l’AIDAAura ou encore le Crown Princess.

En somme, 4 navires peuvent faire escale simultanément dans le Grand Port Maritime de Bordeaux.

La Rochelle

La Rochelle est également une destination idéale sur la côte Atlantique. Il est possible en effet depuis le port de visiter la ville qui est à 15 minutes du port, l’île de Ré qui n’est guère plus éloignée, l’île d’Oléron, l’île d’Aix ou encore Rochefort un peu plus loin. Il est également possible d’aller voir Fort Boyard, le château de la Roche-Courbon ou bien la Venise Verte.

Où faire escale ?

Le môle d’escale du port de La Rochelle se trouve au pied du pont de l’île de Ré, dans le quartier de La Pallice. Quasiment tous les navires de croisière peuvent y faire escale, tant qu’ils sont larges de moins de 45 m. Autrement, le port est très profond est peut accueillir des navires d’une longueur allant jusqu’à 380 m. Il y a quelques années, le MSC Opera y faisait escale.

Bayonne / Hendaye / St Jean de Luz

La région du Pays Basque est riche en culture et en paysages. Au delà de pouvoir profiter des plages et de la splendide côte basque, il est possible d’aller profiter de la Vallée de la Nive ou d’aller découvrir Lourdes.

Où faire escale ?




Pour Hendaye et St Jean de Luz, c’est au mouillage que les navires s’arrêtent, évidemment sans limite de longueur. En revanche, à quai, le navire ne peut faire plus de 170 m de long et son tirant d’eau ne doit pas dépasser 7,5 m. Un autre quai, à Anglet, semble accueillir des navires légèrement plus longs.

Les ports de Bordeaux, de La Rochelle et ceux du Pays Basque sont des portes qui ouvre l’accès à toute la riche région de la Nouvelle-Aquitaine. Pour résumer tout ce qu’il y a à voir dans la région, voici la vidéo de promotion de la région.

La Région Nouvelle-Aquitaine, dont Bordeaux, La Rochelle et le Pays Basque sont des portes d’entrée.

Nantes

En remontant au nord, le prochain arrêt est Nantes. L’occasion d’aller observer les Machines de l’Île, de profiter du Jardin des Plantes ou du Château des Ducs de Bretagne. Du côté du port de Montoir, on peut facilement se rendre à Saint-Nazaire, qui construit les plus gros paquebots de croisière au monde. Dans l’ancienne base sous-marine, Escal’Atlantique vous immerge dans un liner du XXème siècle. Egalement, les marais salants de Guérande sont à proximité.

Où faire escale ?


Les quais de Montoir et de Nantes ont des limitations assez “basses”. À Montoir, il est possible d’amarrer un navire de 290 m de long, mais à Nantes, la limite passe à 200 m. La plus grosse limite de ces deux quais est en terme de tirant d’air : 55 m à Nantes, 61 à Montoir, à cause de la présence de différents ponts. Les navires pouvant s’y rendre sont bien plus limités. Par exemple, chez MSC, seuls les navires de la classe Lirica peuvent s’y rendre, en faisant escale à Montoir. Chez Costa, le Costa Victoria peut également y accéder, de même que, théoriquement, les Costa Fortuna et Costa Magica (d’une hauteur très proche de la maximale).

Brest

Continuons notre route vers le nord et arrêtons nous à Brest. C’est une nouvelle fois une escale riche en découverte. A proximité du port, Océanopolis est un centre marin unique en Europe. Mêlant les aspects spectaculaires et scientifiques, il dispose de 68 aquariums et bassins. Il est également possible de flâner tranquillement dans les rues du centre-ville ou d’aller visiter Quimper, ou la baie de Douarnenez.

Où faire escale ?

Difficile de faire plus accessible. Le port de Brest dispose d’un quai de 600 m de long et la profondeur maximum à quai est de 11 m. Certains passagers français ont pu y faire escale l’an passé, à bord du MSC Preziosa.

Les autres ports bretons : Lorient et Saint-Malo

Lorient et de Saint-Malo sont également des escales possibles, mais beaucoup de navires ne peuvent y faire escale car leurs restrictions de longueur et de tirant d’eau sont plus limitantes. Parmi les compagnies les plus populaires, seul l’Empress Of The Seas peut faire escale dans les deux villes et les Norwegian Spirit, Sky et Sun à Lorient uniquement. Ces ports sont donc plutôt destinés à accueillir des navires de compagnies de gammes supérieures.

Cherbourg

Pour beaucoup, on ne présente plus l’escale de Cherbourg : c’est un port dans lequel de nombreuses compagnies ont fait arrêt. Parmi les choses à visiter lors d’une escale à Cherbourg : le Mont Saint-Michel, les plages du débarquement, le cap de la Hague ou encore de nombreux châteaux.

Où faire escale ?

Le port de Cherbourg dispose de deux quais : de France et de Normandie, respectivement de 600 et 500 m de long, en eaux profondes. Pas de souci alors pour accueillir les navires de croisière de tous horizons ! La preuve ? L’Harmony Of The Seas y a déjà fait escale ! Le port est également bien aménagé avec son terminal de croisière dédié.

Le Havre

Pour se rendre en Normandie, Le Havre est également une option intéressante. Il est possible de visiter le Mont Saint-Michel depuis cette escale, ou alors de découvrir la ville du Havre et son architecture classée au Patrimoine Mondial de l’Unesco, notamment son Église Saint-Joseph reconstruite dans l’après-guerre par Auguste Perret. Les plages d’Etretat sont aussi à proximité. En général, les croisières britanniques et américaines vendent Le Havre comme étant l’escale de Paris. (Au même titre que Civitavecchia pour Rome). Cela serait en revanche moins pertinent pour nous autres français.

Où faire escale ?

Tout comme à Cherbourg, la longueur des quais du Havre et leur profondeur ne risquent pas de poser de problème. Ainsi, la totalité des paquebots peut y faire escale. Tout comme Cherbourg, Le Havre dispose d’un terminal croisière dédié à cette activité. C’est pourquoi nous estimons que Cherbourg et Le Havre constituent les ports d’embarquement et de débarquement les plus adaptés de la côte atlantique : non seulement ont-ils les infrastructures nécessaires, mais ils sont aussi habitués aux activités en tête de ligne.

Rouen / Honfleur, Caen

Ces ports sont du même ordre que ceux de Lorient ou Saint-Malo, ils sont bien plus petits et donc adaptés à une clientèle haut de gamme. Nous avons fait le choix de nous concentrer uniquement sur les escales accessibles pour les navires des compagnies les plus populaires.

Visiter l’Atlantique français, une possibilité ?

Nous l’avons vu, les ports, les infrastructures et les possibilités de visites sont nombreuses. Mais alors pourquoi l’Atlantique Français n’est pas aussi célèbre que la Méditerranée, même en temps normal ? Selon nous, cela tient de deux choses. D’abord, y élaborer un circuit répétable est bien moins aisé qu’en Méditerranée. Il faut faire un tour d’une seule côte. C’est pourquoi ces ports sont majoritairement fréquentés lors de repositionnements entre la Méditerranée et l’Europe du Nord, avec une escale unique. Mais cela pourtant a déjà été fait. MSC a eu un itinéraire régulier passant par Cherbourg, La Rochelle, Bilbao ou encore Amsterdam, Southampton et La Coruña en 2011. Ça n’a pas fonctionné. Quelle en est la raison ? Un manque d’attractivité de l’itinéraire, d’autant plus que Cherbourg a été supprimée l’an suivant, laissant La Rochelle comme seul port d’embarquement en France ? Les autres nationalités n’étaient peut-être pas friandes de cette partie atlantique ? Quelle qu’en soit la raison, peut-être est-ce le moment propice pour y remédier.

Sources : CruiseEurope, Cruise Bordeaux, Grand Port Maritime de Bordeaux, CCI de la Rochelle, Charentes Tourisme, Port Atlantique de La Rochelle, Port de Bayonne, Office de Tourisme de Bayonne, Région Nouvelle-Aquitaine, CCI Métropolitaine Bretagne Ouest, Google Travel, Océanopolis Brest, Air France, Unsplash, Pexels, Wikimedia Commons, Pixabay, Le Havre Etretat Normandie Tourisme.