Le Costa Deliziosa

Le Costa Deliziosa

Costa ajuste ses itinéraires : le Tour du Monde et les Caraïbes annulés

Ce mercredi 28 octobre, Costa Croisières a annoncé l’ajustement de ses itinéraires de reprises pour cet hiver. Cet ajustement est intervenu à quelques heures de l’allocution du Président de la République Française, Emmanuel Macron, qui a annoncé la mise en place d’un nouveau confinement dans le pays.

Tout d’abord, les croisières du Costa Favolosa sont annulées jusqu’à sa reprise du 2 avril. Il devait notamment être le premier navire d’une grande compagnie de croisière à reprendre les itinéraires aux Caraïbes. Le Tour du Monde 2021 du Costa Deliziosa est également annulé, avec une possibilité de report des réservations sur celui de 2022.

Le Costa Diadema, qui avait repris avec des passagers italiens mi-septembre, puis avait trois croisières pour l’opérateur français TMR, une partie finalement annulée en raison de la situation sanitaire en France, devait reprendre début novembre. Il sera finalement de nouveau en mer à partir du 6 avril 2021, avec ses croisières longues de 14 jours vers la Turquie, ou vers l’Égypte et la Grèce, comme prévu initialement.

Le Costa Firenze, qui sera livré à temps mi-décembre, ne commencera ses opérations finalement que deux mois après la date prévue, le 28 février.

Actuellement, deux navires sont en service pour Costa Croisières cet hiver. Il s’agit des Costa Smeralda et Costa Deliziosa, offrant des croisières respectivement en Méditerranée Occidentale et Orientale. Le Costa Smeralda continuera à faire escale dans les ports de Savone, La Spezia, Cagliari, Messine, Naples et Rome jusqu’à fin février. Cet itinéraire vient en substitution de la boucle initiale, prévoyant des escales en France et en Espagne.

Concernant le Costa Deliziosa, il continue son programme en Méditerranée Orientale jusqu’au 28 novembre. A cette date, il sillonnera la mer adriatique pour un itinéraire non défini, qui comprendra au moins Bari, Brindisi, Trieste ou encore Catane.

La semaine passée, la compagnie avait déjà suspendu les embarquements pour les passagers en provenance de zones à risque, dont l’état sanitaire était plus dégradé qu’en Italie, dont la France faisait partie, et ce jusqu’à fin novembre.