Le MSC Seashore

Le MSC Seashore

MSC : Objectif Zéro émission d’ici 2050

La semaine dernière, la Division Croisières du Groupe MSC (regroupant MSC Croisières et la nouvelle marque haut de gamme Explora Journeys), a confirmé son engagement pour l’environnement. En effet, la compagnie s’engage à atteindre d’ici 2050 le zéro émission nette de gaz à effet de serre (GES). Un objectif qui dépasse l’ambition de l’Organisation Maritime Internationale (OMI), qui prévoit une réduire de 50% entre 2008 et 2050.

MSC a rejoint l’appel de la coalition “Getting to Zero”, qui veut accélérer la dé-carbonisation des opérations maritimes, dont font partie les croisières. Deux autres armateurs de croisière font partie de cette coalition : Hapag-Lloyd et Carnival Corporation (Carnival, Princess, Cunard, Costa etc…).
Cet appel comprend trois notions : la définition d’un objectif zéro émission à l’horizon 2050, le déploiement de navires zéro émission commercialement viables d’ici 2030 et une collaboration entre les secteurs public et privé. Cet appel sera présenté en novembre 2021, en amont de la COP26.

Comment MSC compte-elle y parvenir ?

MSC travaille déjà pour améliorer l’efficacité énergétique de sa flotte depuis plusieurs années. Entre 2008 et 2019, l’efficacité énergétique de la flotte à augmenté de 28%. MSC estime qu’à ce rythme, les 40% de réduction de GES entre 2008 et 2030, que l’OMI a fixé comme objectif, seront largement atteints.(Vous pouvez par exemple retrouver les avancées environnementales du MSC Grandiosa à la fin de cet article.

A l’avenir, MSC participe au développement technologique nécessaire pour atteindre ce but. Au cœur de ce projet se trouvent la pile à combustible et l’hydrogène.

Pour ce qui est de l’hydrogène, MSC a signé un partenariat avec Snam et Fincantieri pour concevoir ensemble ce qui pourrait devenir le premier navire hybride Gaz Naturel Liquéfié (-21% de GES) / hydrogène (plus de GES). Vous pouvez lire les détails de cet accord dans notre article ici.

Les piles à combustibles, qui permettrait de réduire l’utilisation des moteurs et d’économiser de l’énergie, en gagnant en efficacité, sont le deuxième point que MSC étudie.

Tout d’abord, la compagnie travaille sur un projet pour en intégrer sur ces trois navires au GNL qu’elle a commandé aux Chantiers de l’Atlantique.

Ensuite, elle souhaite équiper sa flotte existante. Pour cela, elle a rejoint un consortium avec trois autres entreprises pour étudier la meilleure façon d’aborder l’installation de piles à combustible sur de grands navires de croisière. Il faut examiner comment on peut les intégrer à des fonctionnalités opérationnelles déjà existantes, tout en tenant compte de l’architecture des navires et de la disposition des systèmes de propulsion.

Enfin, MSC travaille avec de nombreuses structures au sein du consortium CHEK, dirigé par l’Université finlandaise de Vaasa. Ce consortium planche sur un projet de recherche visant à promouvoir des opérations maritimes faibles en carbone grâce à des designs innovants de navires, et l’utilisation de technologies faibles en carbone.

Pierfrancesco Vago, Président Exécutif de la Division Croisières du Groupe MSC, a déclaré : “En tant que compagnie familiale dont l’histoire maritime remonte à plus de 300 ans, nous avons toujours ressenti une grande responsabilité envers notre environnement marin et notre planète. Aujourd’hui, notre engagement va encore plus loin et nous nous sommes fixé l’objectif d’atteindre le niveau zéro émission nette au cours des trois prochaines décennies. Pour atteindre cet objectif, nous devons investir sinon soutenir le développement accéléré et la mise en œuvre de technologies de pointe. En déployant les dernières innovations sur les navires de notre flotte, nous repoussons régulièrement les limites des performances environnementales, ouvrant ainsi la voie à toute l’industrie.”